Catégories
Analyse

sur Google le public s’intéresse moins à l’affaire Maudet

Les interviews accordées par le conseiller d’État Pierre Maudet, entre le 22 mai 2018 et le 11 février 2019 (presse, radio et télé), constituent autant de moments que cet article croise avec les recherches du public sur Google concernant cet élu genevois du PLR (tableaux 1 à 4). La statistique Google Trends est utilisée pour observer l’intérêt que Pierre Maudet représente sur Google en comparaison avec son exposition médiatique. Le résultat des données observées procure un indicateur empirique de notoriété.

Un premier constat sur ces configurations amène à remarquer que lorsqu’une courbe pointe vers un sommet, cette action suit une intervention du conseiller d’État PLR Genève sur un média télé ou radio (tableau 3). Un deuxième constat est à faire, ces courbes surgissent et atteignent rapidement un pic avant d’entamer une descente plus lente jusqu’au niveau de départ initial. Ces courbes forment une asymétrie inclinant à droite (sans jeu de mots), comme si quelque chose d’inattendu se produit subitement et prend du temps avant de déployer ses effets. Le troisième constat à la suite des interventions de Pierre Maudet sur un média, est que le sommet des courbes successives est inférieur au précédent.

Ces constats ne disent rien quant aux sentiments du public à l’égard du magistrat, ni quant à leur ampleur réelle. Mais leurs congruences offrent deux leçons à Pierre Maudet dans sa position face à l’opinion publique.

La première leçon se rapporte aux configurations des courbes. Ce serait plutôt une bonne nouvelle que leur amplitude se réduise en passant de 100 points en septembre 2018 à 9 pts en mars 2019 (tableau 3). Elles se rapprochent alors du palier en-dessous duquel évoluait les >>

recherches Google concernant Pierre Maudet avant les affaires politico-financières. Mais ce n’est pas pour autant que le conseiller d’État devrait se réjouir. – Si le 22 mai 2018 sa parole passe encore auprès du public, par la suite ce discours n’imprègne probablement plus dans l’opinion publique à partir du pic atteint le 15 septembre 2018. Ce pic marque un tournant en regard des interventions qui suivront. En effet, chaque nouveau pic est dévalué par rapport aux précédents. Ce qui peut témoigner dans l’opinion publique d’une désaffection et d’un éloignement des positions du magistrat sur sa place en politique. Alors qu’une attitude bienveillante, voire de confiance envers l’élu, prévalait encore avant le 5 septembre 2018, un retournement s’est ensuite opéré en forme de défiance après chaque interview audiovisuelle de Pierre Maudet. À l’exception de ses proches sympathisants, la parole de Pierre Maudet n’est plus audible pour le public.

La deuxième leçon se rapporte aux accusations de Pierre Maudet envers les médias qui s’acharneraient contre lui et le harcèleraient. Les configurations des séquences #1 à #5 (tableau 3) démentent cette victimisation trompeuse. Si une nouvelle annonce sur les faits divers politico-financiers du conseiller d’État déclenche des recherches sur


Google, il est lui-même le propre instigateur de cet intérêt à travers ses interventions en radio et télé qui contribuent à de nouveaux pics de requêtes selon les séquences #2, #3, #4 et #5 (tableau 3). Une fois ces interventions passées, les courbes s’inversent et fléchissent. Alors que s’il y avait un acharnement des médias, le public demeurerait à l’affût de renseignements sur Google. Mais les graphiques montrent que ce n’est pas le cas, puisque les courbes reviennent chaque fois vers un plus bas initial de requêtes. La séquence #1 réfuterait même ces accusations lancées contre les médias, car les courbes repassent en-dessous du palier de 5% alors que des informations sur les affaires sont chaque jour reprises par la presse. Le magistrat ne peut donc pas s’indigner et se présenter faussement en victime des médias où il s’exprime en tant qu’acteur des faits pour lesquels le public s’intéresse à lui.

Une dernière remarque sur l’amplitude des courbes dans l’image qu’elles renvoient des recherches sur Google concernant Pierre Maudet. Les usagés d’internet sollicitent régulièrement le moteur de recherches pour accéder aux sites des médias depuis les rétroliens résultant de la recherche. Ce qui peut expliquer en partie la densité des écarts entre un plus bas et un plus haut. >>

Toutefois, l’année 2017, qui sert de référence aux recherches sur Google concernant Pierre Maudet, montre dans le tableau 1 que le public suit peu l’actualité du magistrat avant les affaires politico-financières. Lui-même a eu peu de rencontres avec les médias en 2017, sauf au cours de la campagne électorale pour le Conseil fédéral (CF17) et celle-ci n’a pas suscité un fort intérêt du public sur Google en regard de l’intérêt qui se produit en 2018. Les affaires et la personnalité de Pierre Maudet ont bien déclenché un intérêt accru pour le politicien dans les recherches le concernant sur Google. À son tour Google Trends quantifie cet intérêt, témoignant de façon empirique qu’il y a un effet public et un effet d’opinion. Ce qui contredit l’idée qu’il n’y a d’opinion publique que l’artefact des sondages, comme veut le faire croire l’équipe de Pierre Maudet. Cette opinion publique est bien effective et constante à travers ses intérêts mesurés par les moteurs de recherche. Que cet intérêt soit en recul n’a rien d’anormal du fait de la plus grande notoriété gagnée par Pierre Maudet, qui retentit aux oreilles du public principalement pour ses mensonges à répétition. Ce qui est confirmé par le sondage M.I.S. Trend de février 2019, dans lequel 67,8 % des sondés considèrent que le magistrat PLR doit démissionner du gouvernement genevois pour avoir menti à la population.

Les configurations des tableaux d’analyse

La suite de l’article déploie les tableaux 1 à 4 qui illustrent les constats ci-dessus, ils sont établis à partir de l’outil Google Trends et de la présentation chronologique de l’actualité marquante de Pierre Maudet depuis 2017 jusqu’à février 2019. Cette actualité peut être distinguée par celle qui se rapporte à l’acteur politique, à l’action publique du magistrat et aux faits divers politico-financiers dont il est à l’origine. L’analyse ne prend en considération que les séquences où Pierre Maudet est lui-même intervenu sur un média indépendamment des motifs institutionnels, politiques, ou juridiques, pour lesquels il s’exprime.

Les sources de données proviennent des fichiers multiTimeline.csv délivrés par Google Trends, ces fichiers ont été relevés du 24 février 2019 au 3 mars 2019. Les mesures ont été effectuées dans le temps entre 2017 et 2019 à partir de trois critères de requêtes :

  1. Termes : affaire Maudet (données numériques pour Genève et Vaud) >>
  1. Termes : Pierre Maudet (données numériques nationales)
  2. Sujet : Pierre Maudet homme politique (données numériques nationales)

Ces mesures sont relevées en tendances hebdomadaires qui débutent un dimanche et se terminent le samedi. Les mesures journalières se font aux dates choisies pour la durée disponible. Les durées sont représentées sur l’horizon et les paliers sur la verticale. Les paliers mesurés entre 0 et 100 marquent en nombre de points le score d’une expression dans une recherche ou d’un sujet dans un résultat d’information. Ces points sont un indicateur du nombre de requêtes maximales pour un terme ou un sujet recherchés à une date donnée.

Google Trends ne révèle pas le chiffre absolu de requêtes, lequel pourrait servir à fausser l’intérêt réel d’une information. Les données numériques des tableaux sont donc des points relatifs au nombre de requêtes, représentant la densité de recherches effectuées à partir du critère choisi pour une période donnée.

Les mesures de la popularité du critère “Pierre Maudet” dans les recherches sur Google

Avant les révélations de la Tribune de Genève sur l’affaire Maudet les 10-11 mai 2018, l’intérêt pour le conseiller d’État en 2017 reste sur une tendance constante où Google est relativement peu sollicité (tableau 1 : fig. <a.). Sauf lorsque cet intérêt pour le magistrat cantonal atteint des pics records au cours de la période du 30 juillet au 30 septembre 2017, il mène alors campagne pour sa nomination à la candidature de l’élection au Conseil fédéral (tableau 1 : fig. <1).

tableau 1 : une situation conforme à l’ordinaire

Le record des requêtes en septembre (100%) contraste avec le palier d’ordinaire constant pour Pierre Maudet, qui se tient en-deça de 15% (tableau 1 : fig. < a.). >>

L’année 2017 constitue ainsi un marqueur de la densité des recherches sur Google se rapportant à Pierre Maudet pour les séquences qui suivront.

En 2018 les affaires liées à Pierre Maudet déclenchent une explosion des demandes sur le moteur de recherche (tableau 2). Les plus hauts atteints en septembre et novembre 2018 abaissent le palier constant des requêtes à moins de 10%, et le plus haut de 2017 atteint à peine 30%. Les estimations sont ouvertes quant au nombre absolu de requêtes concernant Pierre Maudet sur Google, pour le moins ce nombre quadruple au troisième trimestre 2018 par rapport à l’année précédente.

tableau 2 : les courbes gagnent de l’amplitude depuis l’affaire Maudet

La vue du tableau 2 reflète l’amplitude des interrogations du public par les critères de recherche « Pierre Maudet ». Alors que la nomination à la candidature pour l’élection au Conseil fédéral avait été le marqueur prépondérant de l’année 2017, en 2018 la réélection au premier tour >>

de Pierre Maudet pour le conseil d’État ne parvient pas à susciter le même intérêt sur Google, et pas mieux pour la première séquence des affaires. Mais cette vue est un indicateur de la transformation dans les opinions qui apparaît avec une densité accrue à partir de ces affaires.

Pour comprendre les pics d’intérêts du deuxième semestre 2018 atteints par les demandes sur Pierre Maudet avec le moteur de recherches Google, il faut les comparer avec l’exposition médiatique de Pierre Maudet au cours de cette période (tableau 3).

tableau 3 : des pics dévalués par les interventions de Pierre Maudet dans les médias

À peine son élection et sa nomination à la présidence du conseil d’État de Genève sont passées, l’enquête judiciaire concernant Pierre Maudet le rattrape à la fin de l’été. Mais sur Google l’affaire débute un peu plus tôt, le 11 février 2018 les premières occurrences des termes de recherche « affaire Maudet » apparaissent dans les statistiques de Google Trends (tableau 3 : fig. #0). Ce fait de données deviendra une énigme examinée en fin d’article.

Le palier constant de 2018 (tableau 3 : fig. a.), réduit à moins de 5%, donne une échelle de l’intérêt accru pour Pierre Maudet dans les recherches Google depuis les annonces sur ses affaires politico-financières dans les médias. >>

La séquence #1 montre que toute l’affaire issue du voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi aurait pu s’arrêter à ce moment-là. Le 22 mai Pierre Maudet est interviewé dans l’émission de radio Forum sur La1ère à 18h00, puis au journal télé de 19h30 sur RTSinfo. Après ces deux interventions en médias, dont quatre autres majeurs sont à venir, c’est l’unique fois que la courbe des recherches sur Google entame une baisse en passant de 21 points à 3 points la semaine du 10 juin, puis elle reste sous les 5% durant tout l’été. Rien ne laisse prévoir que la courbe se redresse à la fin août. Mais le scénario des mensonges avait déjà été écrit au printemps entre la séquence #0 et la séquence #1.


La séquence #2 débute le 30 août avec la demande adressée au Grand conseil par le Ministère public pour faire lever l’immunité du conseiller d’État, afin de poursuivre Pierre Maudet pour soupçon d’acceptation d’un avantage. La courbe des recherches sur Google bondit de 3 à 57 points. Elle continue à croître pour passer à 87 points après le 5 septembre, lorsque celui qui préside encore le conseil d’État est interviewé sur Léman Bleu à 19h00 dans l’émission Genève à chaud. Cette fois, au contraire de la séquence #1, l’intérêt des recherches sur Pierre Maudet avec Google ne faiblit pas et leur densité maximale de 100% est atteinte le 15 septembre. Il faudra plusieurs semaines pour que leur niveau retourne vers un plus bas de 8 points le 11 novembre. >>

C’est alors que surviennent les demandes de démission adressées à Pierre Maudet par la présidence cantonale du PLR appuyée par la présidente du PLR suisse.

La séquence #3 marque l’interview de Pierre Maudet au journal télé de 19h30 sur la RTS du 27 novembre. Le magistrat cantonal annonce qu’il ne démissionne pas du conseil d’État. Le lendemain il confirme cette annonce aux médias qui l’interrogent après son entrevue avec le comité directeur du PLR suisse. La courbe des recherches monte à 97 points avant d’entamer une descente d’un mois pour s’arrêter à 13 points le 30 décembre.


La séquence #4 comporte diverses interventions en médias avec l’Assemblée générale extraordinaire du PLR genevois consacrée à l’affaire Maudet le 15 janvier 2019. Le 16 janvier Pierre Maudet est interviewé en radio dans La Matinale de La1ère à 07h15. Pour la première fois le pique d’intérêt des recherches sur Pierre Maudet avec Google passe au-dessous des sommets de septembre et novembre 2018. Il est encore de 66 points le 19 janvier 2019. >>

La séquence #5 débute le 11 février avec la publication d’un sondage MIS Trend pour la RTS, Le Temps et Radio Lac. Ce jour-là Pierre Maudet est interviewé sur la télé SRF par Roger Schawinski dans une émission diffusée à 22h55. Un nouveau pic est atteint le 17 février 2019 à 29 points. L’intérêt des recherches sur Pierre Maudet se poursuit encore une quinzaine de jours pour revenir le 2 mars à 9 points et se rapprocher du palier de 5%.

Une anomalie dans les tendances

L’actuel président du conseil d’État, Antonio Hodgers, a qualifié l’affaire Maudet de « trou noir [qui] absorbe les débats ». Ce champ gravitationnel du fait divers politique est apparu sur Google le 11 février 2018 avant d’étendre toute son intensité dans l’espace public genevois. C’est ce que montre la vue suivante en données journalières (tableau 4).

tableau 4 : étrangeté d’un fait de données (#0)

Le trou noir pourrait ainsi débuter le 11 février 2018, en pleine instruction préliminaire du Ministère public sur les circonstances du voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi. Ce jour-là les premières occurrences de recherches pour les termes « affaire Maudet » apparaissent dans les statistiques de Google Trends (tableau 4 : fig. #0).

Ces requêtes semblent une énigme. Leur densité est faible en données hebdomadaires (~4%) pour chacun des trois critères (affaire Maudet, Pierre Maudet, homme politique). Mais en données journalières leur densité monte à 22%, ce qui signale un nombre suffisant pour que les requêtes avec ces critères soient consignées par Google Trends. Cette étrangeté pourrait être une scorie des données de Google, >>

mais il est peu probable que des données s’égarent et fusionnent entre différents résultats statistiques, ou il s’agit d’un dévoilement anticipé de l’affaire alors qu’elle n’en est pas encore une dans le public.

L’affaire en cours, et le mensonge du séjour privé par où tout a commencé, ne seront relayés par les médias qu’à partir du 10 mai 2018. Ce qui laisse en latence une longue période où il n’y a pas de recherches particulières sur Google à propos de Pierre Maudet. Les requêtes de février 2018 ressemblent à une sorte d’anomalie avant que les faits divers liés à Pierre Maudet soient rendus publics.

Pour finir

Google Trends est une application statistique récapitulant le nombre de fois où le public interroge le moteur de recherche Google sur une expression particulière. Ces expressions servent de tendance sur l’intérêt du public pour un sujet où le moteur de recherche a été sollicité. Cette tendance met en miroir les passions du public reflétées dans un thème qui le préoccupe. Autrement dit, les indicateurs de tendance sont l’audience d’une passion à laquelle le public accorde un intérêt avec une amplitude que Google reflète à partir des informations relayées par son moteur de recherche. Ces passions sont un marqueur de l’opinion circulant à la rencontre de l’intermédiation des données et de l’espace public, et témoignant sans artefact de l’existence d’une opinion publique. /Y